Un faucon-écureuil

Vous avez déjà entendu parler du Faucon pèlerin qui fait des cachettes ? Oui, ce super prédateur qui est capable de saisir une proie en la poursuivant en piqué à 400 km/h a l’habitude d’aller dissimuler ça et là des oiseaux qu’il a capturé en plein vol.

Vous n’y croyez pas ? Alors lisez ce qui suit et surtout, regardez bien les photos en annexe. C’est du vécu ! Cela se passe à l’église Saint Job le dimanche 25/04/2021. Il est 17h50. La femelle Pèlerin est posée sur le cadran qui orne le clocher qui abrite ses 4 fauconneaux. Soudainement, elle s’envole et disparait rapidement au loin. Elle est visiblement partie en chasse. C’est la fin de la journée, les fauconneaux doivent encore recevoir un dernier repas avant la nuit. Le mâle reste posé sur un clocheton de l’église ; il n’intervient pas. A 18:55, la femelle revient. Les pattes vides. Elle n’a donc rien capturé mais se pose directement à l’entrée de son nid (photo 1). Elle y reste plusieurs minutes. Elle entre ensuite dans le nid et rejoint les fauconneaux. Elle ressort rapidement. Elle se pose alors sur un des axes en laiton de l’horloge et regarde la place Saint Job durant plusieurs minutes (photo 2). Et puis, elle décolle, tourne autour du cocher, revient du côté de la façade et se pose directement à l’entrée d’un des  trous de boulin* aménagés quelques mètres au-dessous du nid.

Le logement et étroit et profond. La femelle Pèlerin y disparait quasi complètement (photo 3).  On ne voit plus que le bout de sa queue qui dépasse (photo 4). Elle semble chercher quelque chose (photo 5). On devine qu’elle l’a trouvé ! Et puis, elle recule, elle sort en marche arrière (photos 6, 7, 8). A un moment, elle se retourne ou plutôt essaie de se retourner (photo 9 & 10). Pas évident, tellement le trou est étroit ! Enfin, elle y arrive et apparait de profil avec une proie quasi complètement plumée (photos 11). Probablement une grive. Elle se jette dans le vide, fait à nouveau un tour de clocher et rejoint sa nichée. Il est 19h29, c’est l’heure du repas pour les 4 fauconneaux (vidéo 1)!

La Pèlerine est donc simplement allé au frigo chercher le repas du soir !

Pourquoi un tel comportement ? Manifestement afin d’être certain de disposer en permanence de nourriture pour alimenter les fauconneaux. Les Pèlerins sont en effet virtuellement incapables de chasser lorsqu’il pleut. Leur plumage va se mouiller, s’alourdir et perdre donc ses extraordinaires capacités. Prévoir les mauvais jours … en stockant, est-ce la stratégie des Pèlerins ? Exactement comme un écureuil cache des noisettes afin de survire à la mauvaise saison ! Mais il fait radieux ce dimanche. Pas question de pluie à Bruxelles depuis près de 3 semaines. Donc, ce n’est pas uniquement en prévision de circonstances météorologiques défavorables qu’il faut être prévoyant lorsque l’on est Pèlerin. Il est manifestement possible, à tout moment, de revenir bredouille d’une chasse et donc disposer d’une réserve de nourriture peut être une question de survie pour les fauconneaux. Et en plus, la proie stockée est déjà plumée ! Il ne reste plus qu’à l’apporter dans le nid et donner la becquée aux fauconneaux. Ce qui est quand même encore un fameux travail.

 

Top