Une nouvelle saison débute...

Cette nouvelle saison d’observation des Faucons pèlerins qui nichent à Bruxelles est la quinzième. Mais elle ne commence vraiment pas comme les précédentes !

Pour la première fois depuis 2004, une fauconne ne couve pas à la Cathédrale des Saints Michel et Gudule ! Tout en haut de la tour de la maison communale de Woluwe-Saint-Pierre et dans le clocher de l’Eglise Saint Job d’ Uccle, par contre, chaque couple couve depuis début mars 4 beaux œufs rouge-brique. Le streaming live en provenance de ces deux nids a été reconnecté hier, il est donc à nouveau possible de les observer en détail à toute heure du jour et de la nuit !

Mais que se passe-t-il donc à la cathédrale? La femelle allemande, originaire de Herdecke en Allemagne, qui niche à la cathédrale chaque printemps depuis 2006 n’a plus été observée au début de ce printemps. Il fallait s’en douter. Eclose au printemps 2002, elle aurait atteint ce printemps l’âge maximum connu pour un Faucon pèlerin sauvage : 17 ans. Le printemps passé, elle a encore pondu 5 œufs mais finalement élevé un fauconneau. Sa disparition cette nouvelle saison était crainte. La crainte s’est donc réalisée.

Le nid est-il vide pour autant? Non! Depuis fin janvier, 3 femelles Pèlerins différentes ont été observées sur la cathédrale. Il y a d’abord eu une femelle non-baguée. Son plumage fort pâle sur la poitrine, quasi sans aucune trace de roux, indique peut être qu’il s’agit d’un individu assez jeune. Pas immature, donc née l’année passée, car dans ce cas, le plumage serait encore grandement similaire à celui des fauconneaux à l’envol. Mais plutôt une fauconne née en 2017. Rien de certain cependant.

A partir de la fin février, une deuxième femelle est observée. Caramba, c’est la grosse femelle hybride qui avait causé tant de souci à la nicheuse l’année passée ! L’intruse s’était posée sur une gargouille, provoquant la colère de la femelle « historique » qui l’avait attaquée et attaquée encore jusqu’à la faire fuir (http://www.fauconspourtous.be/blog/visite-inedite-a-la-cathedrale?lang=fr). Cette femelle, échappée de captivité – on distingue une petite bague à sa patte droite - avait déjà précédemment été vue à la Basilique de Koekelberg en mars 2018. Plusieurs bagarres sont observées sur les balcons de la cathédrale entre la nouvelle femelle non-baguée et l’hybride. Cette dernière, notablement plus costaude, semble avoir pris le dessus car rapidement la non-baguée disparait.

Début mars, une femelle à la poitrine bien rousse est posée sur une gargouille de la cathédrale! La femelle « historique » est-elle réapparue ? Non, il s’agit d’une nouvelle Pèlerine, mais également baguée en Allemagne. Les collègues ornithologues de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie nous renseignent rapidement qu’elle a été baguée le 8 mai 2016 sur la centrale électrique de Frimmersdorf, située entre Cologne et Düsseldorf, à 160 km de Bruxelles. Est-elle le successeur de la femelle de Herdecke ? Pas sûr, car la femelle hybride est toujours dans les parages. Etonnement, les deux femelles semblent cohabiter. Au contraire de ce qu’il se passait avec l’hybride, pas de bagarre observée entre ces deux-là.

Trois femelles dans un même nid ! Mais quid du mâle !? Et bien, il y en a un. Et un seul. Pas celui des années antérieures, il a manifestement également quitté la cathédrale. C’est un tout nouveau mâle qui accompagne ces trois nouvelles femelles. Il est bagué (gris 7/7), ce qui permet de savoir qu’il est éclos à Anderlecht, sur la Collégiale Saint Guidon, au printemps 2017. Le nid, situé tout au sommet du clocher, est inaccessible. Le fauconneau a raté son premier envol et est tombé « en parachute » sur le pavé Anderlechtois. Il a rapidement été recueilli par l’équipe du Centre de Revalidation pour Oiseaux et Mammifères Sauvages de la Ligue Royal Belge pour la Protection des Oiseaux (https://protectiondesoiseaux.be/) situé tout proche. Un examen vétérinaire a permis de constater qu’il n’était aucunement blessé. Le lendemain, il était reconduit au quatrième étage du clocher afin de rejoindre sa famille. Deux ans plus tard, nous le retrouvons au centre de Bruxelles !

 

Didier Vangeluwe

Top