Qui sont-ils ?

Les Faucons pèlerins sont des oiseaux très territoriaux et seul un couple niche à la cathédrale. Depuis 2004, première année de nidification, 4 Pèlerins différents se sont reproduit sur l’édifice.

Lorsqu’un adulte ne revient pas nicher d’un printemps à l’autre, on suspecte qu’il est mort entre-temps car ces faucons sont fidèles à leur site de reproduction et à leur partenaire. Quoique, car il existe des exceptions, nous en reparlerons !

Une première femelle a niché en 2004 et 2005. Elle était très rousse et très barrée sur toute la poitrine. Elle était bagué à la patte gauche, mais nous n’avons jamais réussi à lire le moindre caractère du code gravé sur sa bague. Son origine restera donc un mystère complet. Elle était accouplée à un mâle, dont le dessus de la poitrine était d’un blanc presque immaculé. Superbe. Celui-ci était également bagué à la patte gauche. Le 3 avril 2010, nous avons réussi à lire au télescope les 3 premiers caractères de sa bague. Hourra, … de courte durée car hormis confirmer qu’il s’agissait d’un faucon né en Belgique, nous n’avons pas en savoir plus. Il manquait encore 4 caractères à déchiffrer.

Une nouvelle femelle est apparue au printemps 2006 ; c’est elle qui nichait encore en 2011. Elle est bagué aux deux pattes . Le 8 mai 2007, eurêka, le code est lu dans son entièreté : il s’agit d’une allemande. Les collègues du Bas-Rhin nous renseignent rapidement qu’elle a été bagué au nid, le 15 mai 2002, à Herdecke, dans la Rhur, à 223 km de Bruxelles.

Au printemps 2011, le beau mâle blanc manque à l’appel! Mais il a été remplacé entre-temps. Le nouveau est également bagué, toujours à la patte gauche. Le 10 avril, à l’aide d’un tout nouveau télescope équipé d’un oculaire zoom 30x50W nous parvenons à déchiffrer le code complet. Surprise totale, il s’agit d’un faucon né à la cathédrale au printemps 2008! Et qui dit printemps 2008 dit femelle allemande ! LA femelle allemande qui niche encore en 2011. Ce qui signifie qu’il s’est accouplé avec sa mère. Voilà un fait rarissime, mais qui existe, nous en avons la preuve.

Et cette année? La couleur tant du mâle que de la femelle ainsi que la disposition des bagues nous indiquent à penser qu’il s’agit des mêmes faucons que ceux de 2011. Mais la rigueur impose que nous déchiffrions les bagues afin d’en être certain. A vos télescopes !

Top