Premiers envols à Uccle !

C’est l’heure du grand spectacle ! Deux premiers fauconneaux de l’église Saint Job d’Uccle ont quitté leur nid hier courant de journée.

Ils sont précoces cette année car normalement la croissance des jeunes Pèlerins s’étale sur 6 semaines. Considérant qu’ils ont éclos entre le 9 et le 10 avril, on attendait les premières excursions en dehors du clocher vers mardi -mercredi prochain. Mais ils ont devancé nos prévisions ! Les deux autres fauconneaux sont pour l’instant encore dans le nid, au milieu de cadran de l’horloge. Ils très calmes, visiblement indifférents au départ de leur(s) frère(s) et/ou sœur(s). Mais ce n’est probablement qu’une apparence.

Les femelles Pèlerins sont nettement plus corpulentes que les mâles. Leur poids varie entre 1000 g et 1150 g tandis que celui des mâles tourne entre 650 g et 700 g. Logiquement, la croissance des mâles est donc plus rapide que celle des femelles. Les deux intrépides sont probablement les deux mâles. La lecture du code de leur bague de couleur devrait permettre de le savoir rapidement.

Quoiqu’il en soit, commence maintenant une nouvelle période pour les fauconneaux. Une période particulièrement difficile ! En quittant le nid, ils quittent un environnement particulièrement protégé.  Pas de bourrasques de vent, pas de pluie battante, des repas variés, à satiété, apportés à heures régulières, des parents qui veillent nuit et jour et chassent avec véhémence le moindre intrus (en particulier le bagueur innocent…). Fini tout cela, ou presque. Et en plus, il va falloir apprendre à dominer les techniques de vol et de chasse.

Voler et chasser sont des comportements instinctifs chez les Pèlerins. Les fauconneaux ont le réflexe de se jeter dans les airs et de poursuivre une proie. Mais cela ne suffit pas ! Ils doivent apprendre à comprendre comment fonctionnent les courants aériens, comment anticiper le comportement d’une proie, comment réagir par rapport à un événement météorologique particulier. Exceller dans les techniques de chasse est crucial. Quelle stratégie de chasse utiliser dans telle condition ? Une poursuite à l’horizontale en fleurtant avec les 100 km/h ou un piqué à la vitesse vertigineuse de 400 km/h ? Tout cela, ils vont devoir l’apprendre. Et vite ! Car leur survie en dépend. Heureusement, il y a un filet de sécurité. Durant plusieurs semaines, les parents Pèlerins vont continuer à nourrir leurs jeunes. Plus dans le nid – les fauconneaux n’y retourneront normalement plus. Ils vont maintenant découvrir différents  perchoirs, points de vues, disséminés dans les environs de l’église ou, plus simplement, sur l’édifice même. Cette stratégie permet aux jeunes de ne pas mourir de faim le temps de leur « auto-formation ». Petit à petit, ils vont acquérir de l’expérience qui va leur permettre d’être plus autonomes et finalement d’être totalement indépendants. Cela veut-il dire que les parents n’apprennent rien à leurs jeunes ? Difficile à dire. Etudier la communication entre les membres d’une famille Pèlerins dont le domaine est le ciel n’est pas évident ! Mais on observe néanmoins que les parents, en vol,  jettent des proies à leurs jeunes, qu’ils les houspillent, qu’ils ne les nourrissent pas spontanément mais semblent attendre que les jeunes soient vraiment affamés. S’agit-il de comportements visant à les stimuler, à les forcer à apprendre ? Très probablement.

 

Video 1 : Le fauconneau K/Y regarde passer le tram 92 en route vers le Fort Jaco !

Video2: Le fauconneau K/Y  dans un arbre au milieu de la place Saint Job!

Photo 1 : Un des fauconneaux encore dans nid est la femelle bague blanche K/7.

Photo 2 : La bague de couleur gravée d’un code permet l’identification du fauconneau sans devoir le recapturer ou le trouver en perdition.

 

Top