Nouvelles de Woluwe-Saint-Pierre

Était organisée hier en fin d’après-midi à Woluwe-Saint-Pierre, la deuxième séance d’observation des Pèlerins installés au sommet de la tour de la maison communale. Une trentaine de personnes sont venues observer les faucons et parler des évènements de cette année, à savoir l’échec de la nidification. L’occasion donc de faire le point sur l’état de la situation.

Après la perte des deux petits fauconneaux, le 14 et le 16 avril, les deux parents faucons ont continuer à couver les deux œufs qui n’avaient pas encore éclos. Les prévisions n’étaient pas bonnes au moment d’écrire le blog du 18/04 (lien vers blog 18/04). Il paraissait en effet peu probable que ces deux œufs éclosent plus d’une semaine après l’éclosion du premier.

Et en effet, le 21 avril, les parents Pèlerins ont commencé à couver avec beaucoup moins d’assiduité que normalement. La femelle, en particulier, est restée à plusieurs reprises debout sur le nid, sans réchauffer ses œufs. Pas bon ! Le lendemain, vers midi, le mécanisme d’abandon définitif semble enclenché. Les deux œufs restent seuls de longues heures. Et c’est le mâle qui semble encore leur montrer le plus d’attachement. Le 23 avril, il vient encore couver et le soir, il dort à l’entrée du nid, laissant les œufs se refroidir inexorablement durant toute la nuit. Quel comportement à nouveau remarquable ! Au lieu de s’épuiser à couver encore des jours et des jours, les Pèlerins ont donc sciemment abandonnés leurs œufs. Quelle décision ! Durant 40 jours – soit pas loin de 1000 heures ! – ces œufs ont été l’objet de toute leur attention. Le futur de leur famille ! Et pourtant, ils ont compris que cela ne servait à rien de s’acharner, de risquer de s’épuiser eux-mêmes, car aucun fauconneau n’en sortirait finalement. Comment un tel mécanisme s’est donc  déclenché afin de permettre cette décision ? Est-ce le résultat de l’instinct ou d’un apprentissage ?

L’histoire s’arrête ce printemps à Woluwe-Saint-Pierre ? Certainement pas ! La vie continue ; les deux adultes sont bien vivants. Les jours suivant l’arrêt de la couvaison, les Pèlerins ont été observés régulièrement grâce à la caméra qui ne cesse de filmer le sommet de la tour de la maison communale. Le 24 avril, la femelle commence à gratter dans le substrat de la terrasse de son nichoir, elle prépare un nouveau nid ! Le 2 mai, c’est le mâle qui montre le même comportement au soleil levant. Vont-ils renicher ? Non, cela n’arrive jamais lorsque la nidification échoue après l’éclosion. Mais par contre, et nous l’observons chaque printemps à la cathédrale, ce comportement de grattage d’un nouveau nid, semble être un signal de la fin de la nidification. Une vidéo présentée en annexe de ce blog montrer cet étonnant comportement.

La tour de la maison communale de Woluwe-Saint-Pierre s’élance dans le ciel de l’est de Bruxelles à près de 70 m de hauteur. Les Pèlerins y ont établi leur nid en 2014. Le clocheton offre une vue imprenable sur le parc de Woluwe, jusqu’à la Forêt de Soignes à plusieurs kilomètres de distance. Que la nidification 2017 ait échoué, ne change rien au fait que le couple de Pèlerins est fortement attaché au site qui lui offre sécurité et poste d’observation unique. Ne ratez donc pas l’occasion de les observer encore lorsqu’ils se posent sur la rambarde, parfois à quelques centimètres de l’œil de la caméra ! Cela permet de découvertes superbes comme une séance de toilettage minutieux et complète du plumage.- comme le montrent les vidéos en annexe.

Top