Le film du baguage à Uccle

Les quatre fauconneaux de l’église Saint Job d’Uccle ont été bagués ce 4 mai.

Le baguage est un des meilleurs moyens afin d’observer, d’étudier, de surveiller les populations d’oiseaux sauvages. Le système a été inventé par un instituteur danois en 1899, est aujourd’hui utilisé dans le monde entier et est toujours aussi performant.

Le principe consiste à positionner à la patte du fauconneau, ou de tout autre oiseau, une bague en métal gravée d’un code unique d’une part et de l’adresse de l’institution scientifique responsable d’autre part. En Belgique, c’est l’Institut Royal des Sciences Naturelles (lien vers https://www.naturalsciences.be/fr/) qui organise le programme dans le pays. Un réseau de 350 collaborateurs-bagueurs volontaires et certifié marque chaque jour des milliers d’oiseaux de toutes les espèces afin de participer à la connaissance en matière de migration, d’écologie, de démographie des oiseaux sauvages. Et comme les oiseaux ne connaissent pas les frontières, les données sont en permanence partagées au niveau européen entre institutions scientifiques. Chacun peut en outre visualiser les cartes de migration basées sur le baguage des oiseaux débuté en Belgique en 1927 en se connectant au site BeBirds (lien vers https://odnature.naturalsciences.be/bebirds/fr/).

Un oiseau bagué est un oiseau individualisé. S’il est retrouvé plus tard, il sera possible d’en connaitre à propos de ses déplacements, de son comportement, de son histoire de vie, en comparant les données consignées au moment du baguage avec celles transmises par la personne qui l’a récupéré ou revu.

Un objectif nous intéresse plus particulièrement en baguant les Faucons pèlerins : la surveillance du taux de survie autrement dit de la mortalité. Les oiseaux meurent, c’est évident. Lorsqu’un Faucon pèlerin est trouvé mort, nous trouvons cela triste avec notre sensibilité humaine. C’est normal. Mais les faucons ne font pas exception, ils ne sont pas immortels ! La mort d’un faucon est donc un processus qui, normalement, n’a absolument rien d’inquiétant. Mais que signifie normalement !? C’est là que le suivi par baguage intervient. En comparant, année après année, le nombre de faucons bagués, retrouvés morts ou vivants, nous disposons de statistiques démographiques qui permettent de surveiller réellement l’évolution de la population de Pèlerins et de tirer la sonnette d’alarme en cas d’alerte. N’oublions pas qu’ils ont disparu de Belgique et de quasi toute l’Europe au cours des années 1960-90. Par ailleurs, lorsqu’un oiseau bagué est renseigné trouvé mort, nous demandons systématiquement à l’informateur les causes de la mort. Dans le cas spécifique des Pèlerins, nous essayons en plus de récupérer la dépouille afin de l’autopsier et donc de connaitre encore plus précisément la cause de mortalité. Le système de baguage permet donc de surveiller le taux de mortalité d’année en année, d’identifier les causes de mortalité et d’observer leur évolution au fil du temps. Et comme le baguage est réalisé de manière permanente, dans le long terme et dans toute l’Europe, les résultats qui en découlent sont particulièrement solides et complets.

L’opération de baguage des 4 fauconneaux d’Uccle a duré une quinzaine de minutes. Chaque fauconneau a été marqué d’une bague métallique à la patte droite. Une seconde bague a été positionnée à la patte gauche. Cette seconde bague est en plastique de couleur et gravée d’un code également unique mais qui ne comporte que 3 caractères. Dans la plupart des cas, cette bague va casser et disparaitre après quelques années. Mais dans l’intervalle, elle permettra d’identifier le faucon à distance, en décryptant le code à l’aide d’un télescope.

Chaque fauconneau est mesuré et bagué. Ces données vont permettre d’évaluer sa condition physique d’une part et permettre de savoir s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Ces dernières, à âge égal, sont en effet bien plus lourdes que leur frère.

La famille Pèlerins d’Uccle Saint Job compte ce printemps 2 mâles et 2 femelles. Les deux mâles pèsent respectivement 667 g et 701 g et sont marqués à la patte gauche d’une bague blanche avec le code K/3 et K/Y. Les deux femelles atteignent l’une 952 g et l’autre 954 g. Quasi le poids d’une femelle adulte ! Le code de leur bague est K/4 et K/7.

Ne manquez pas le film du baguage à Uccle en illustration de ce blog !

 

Photo 1 : La femelle Pèlerin de Uccle surveille attentivement le baguage de ses fauconneaux ! (photo DV)

Top