Ils l’ont fait !

A la cathédrale des Saints Michel et Gudule, les Faucons pèlerins, au fil des années, sont devenus une partie intégrante du patrimoine. Ils sont recherchés et admirés par les visiteurs mais surtout choyés par les collaborateurs et les ecclésiastiques de la cathédrale. Choyés et, parfois aussi un peu vilipendés lorsque les amoncellements de plumes bouchent une gouttière ou lorsqu’une carcasse bien sanguinolente dégringole sur le parvis, juste à l’entrée de l’édifice… Toute médaille à son revers !

Et donc, logiquement, toutes et tous étaient un peu attristés de ne pas pouvoir observer de fauconneaux ce printemps à la cathédrale. Car en plus, le couple est bien là, nous en avons parlé à plusieurs reprises (lien vers http://www.fauconspourtous.be/blog/quoi-de-neuf-a-la-cathedrale-des-saints-michel-et-gudule?lang=fr) tandis que les vidéos en annexe l’illustrent.

Caramba, ce mardi, un des collaborateurs de la cathédrale a le regard, non, l’oreille attirée par un bruit familier. Cela crie en haut de la tour Nord. Un cri puissant et aigu. Un cri qui quémande. Il lève les yeux et… pas de doute, ils l’ont fait ! Le couple de Pèlerins à bel et bien niché à la cathédrale ce printemps. Un jeune Pèlerin, à peine sorti de son nid, fait l’équilibriste sur un ornement de pierre. Il bat des ailes, exerce sa musculature, lisse son plumage et regarde le ciel dans l’attente d’un prochain repas. Les vidéos en annexe illustrent ces deux derniers comportements.

Les longues sessions d’observation en mai n’ont pas suffi à trouver le nid. Elles n’étaient donc pas longues, mais trop courtes ! Le couple de Pèlerins qui avait été observé pour la première fois à la cathédrale au printemps 2019 (elle est née du côté de Cologne en 2016, lui à Anderlecht en 2017) et qui, le printemps passé, a perdu ses deux fauconneaux âgés d’une semaine, a donc cette année réussi sa nidification. L’emplacement exact du nid n’est pas connu. Mais il doit être situé sur la tour Nord. Le nombre exact de fauconneaux n’est pas non plus déterminé, mais plusieurs visites réalisées depuis la découverte de mardi n’ont pas permis de localiser plus d’un fauconneau.

Toujours est-il qu’après deux printemps sans envol à la cathédrale des Saints Michel et Gudule, un jeune Pèlerin s’est bel et bien élancé ce printemps dans le ciel depuis le centre de Bruxelles. Et ça, c’est une très heureuse nouvelle !

Et puisque nous en sommes quasi à la fin de cet épisode 2021, un énorme merci aux collaborateurs et aux ecclésiastiques, passés et présents, de la cathédrale des Saints Michel et Gudule qui accueillent depuis 17 ans les Faucons pèlerins et … les ornithologues qi les observent et les filment!

 

Vidéo 1. Cathédrale des Saints Michel et Gudule, le mâle Pèlerin revient avec un Martinet noir dans ses serres. Il sait qu’il a un fauconneau à nourrir. Nous pas !

Vidéo 2. Cathédrale des Saints Michel et Gudule, le mâle Pèlerin, toujours lui, guette depuis sa gargouille préférée. Mais surtout, il entretient son plumage et … ses serres !

Vidéo 3. Le jeune Pèlerin de la cathédrale lisse son plumage, on distingue encore de petits duvets qui collet aux plumes du dos (vidéo DV).

Vidéo 4. Le jeune faucon de la cathédrale scrute le ciel ; parent nourricier en vue ? (vidéo DV)

Top