Envols imminents à Woluwe-Saint-Pierre

Le couple de Pèlerin de Woluwe-Saint-Pierre occupe probablement l’un des plus « beaux » nids de Bruxelles. Que signifie « beau » pour un Faucon pèlerin ? C’est évidemment un peu subjectif puisqu’évalué au travers d’yeux humains. Mais allons-y quand même.

La hauteur d’installation du nid est un paramètre crucial pour les Pèlerins. Il ne doit être ni trop haut, ni trop bas. L’habitat du Faucon pèlerin, c’est le ciel. C’est dans le ciel qu’il passe la majeure partie de son temps actif. Être installé en hauteur est donc idéal puisque cela lui procure un accès direct au ciel au moindre cout énergétique. Il suffit en effet pour le faucon de se jeter dans le vide de son perchoir pour, après quelques battements d’ailes ou porté par les courants aériens, se retrouver « au milieu du ciel » et donc d’être pleinement opérationnel en condition « chasse ». Une situation basse, peut être inférieure à 40 m, demande au Pèlerin une énergie importante afin de s’élever. Trop haut, disons au-delà de 100 m, n’est pas idéal non plus car cela cause, en période de nidification, une dépense d’énergie importante afin de remonter les proies auprès des fauconneaux. Installés au sommet de la tour à 65 m de hauteur, les Pèlerins de Woluwe-Saint-Pierre sont probablement dans une configuration idéale.

La hauteur influence un autre critère : le dérangement et donc la vulnérabilité du nid aux prédateurs. Les Pèlerins, super-prédateurs par excellence, vont toujours rechercher un site de nid « imprenable ». Force est de constater que le sommet de la tour de la maison communale est un endroit on ne peut plus tranquille ! Idéal donc à nouveau.

Le troisième point d’importance est une vue dégagée. Et là aussi, le site de la tour de la maison communale de Woluwe-Saint-Pierre est au top. Lorsqu’il couve, le Pèlerin à une vue dégagée à 180° sur des kilomètres en direction de la vallée de la Woluwe et de la Forêt de Soignes. Pas de bâtiment ou d’écran d’arbres pour lui cacher l’horizon. Le premier témoignage de la nidification sur la site, en mars 2014, a été obtenu en allant se poster du côté de Stockel, de l’autre côté de la vallée, à exactement 1200 m de distance. De là, il est possible, au télescope, de voir dans le nid ! Et lorsque le Pèlerin se pose sur le paratonnerre qui s’élance encore de quelques mètres au-dessus du clocheton, sa vue porte à 360° Rien ne lui échappe à des kilomètres à la ronde, c’est sûr.

Le dernier critère d’importance pour évaluer la qualité d’un site est la capacité qu’il offre au fauconneaux d’exercer leurs ailes avant le grand envol. Et ici aussi, le site de Woluwe-Saint-Pierre est un must ! En effet, la terrasse de leur nid est une aire de jeu idéale. Mais enfin, celle-là c’est nous qui l’avons construite à son expresse attention. Mais c’est surtout la terrasse du clocheton et la rambarde qui permettent aux fauconneaux de se muscler afin de prendre un premier envol parfait.

Et bien nous y sommes ! Hier, 21 mai, le fauconneau mâle est parti en exploration sur la balcon. Il a sauté de sa terrasse personnelle pour atterrir 1 m plus bas. Là, il peut continuer à s’exercer, y compris à la marche. Les observations des nidifications antérieures ont montré que les fauconneaux sont capables, d’escalader la rambarde en s’agrippant avec leur pattes et en battant des ailes. Avec pour destination : le ciel ! D’ici quelques heures, sa sœur, qui dort encore ce soir sur la terrasse, s’élancera à son tour…

Top