Drame à l’église d’Helmet, la suite (heureuse)

Le second fauconneau orphelin d’Helmet a été récupéré grâce au de Centre de revalidation pour oiseaux et mammifères sauvages de Bruxelles et aux riverains de l’église qui ont signalé sa présence dans un jardin ! Quelle bonne nouvelle car il est clair que, considérant la mort de ses parents, il n’avait absolument aucune chance de survie.

Il s’agit d’un mâle. Pesée, mensurations, rapide examen clinique, il n’est ni blessé ni sous-alimenté ! Nous sommes vraiment arrivés au bon moment pour visiter ce nid ! Quelques jours plus tard, nous aurions probablement trouvé toute la famille morte…

Reste donc à trouver une famille d’accueil pour ce second orphelin. Dans l’intervalle, un des fauconneaux de l’église Saint Hubert de Watermael-Boitsfort est trouvé au sol, juste au pied de l’édifice. Il a raté son premier envol ! Ses deux sœurs et son frère font les 100 pas dans la corniche de l’église. Il faut donc aller le replacer là-haut au plus vite afin qu’il soit en sécurité et puisse, comme il se doit prendre son premier envol (non, son deuxième envol !) et être nourri par ses parents. Le hic est que cette année le couple de Pèlerins de Watermael-Boitsfort ne niche pas sur « sa terrasse » située tout en haut du clocher et accessible via un escalier. Cette année, la femelle a pondu dans la corniche de la nef principale. Pas moyen d’y accéder donc !

Dans pareil cas exceptionnel, nous pouvons compter sur l’aide du service d’aide du Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale (SIAMU) avec lequel le Centre de revalidation de BXL a développé une collaboration structurelle. Mais caramba, ce fauconneau de Watermael-Boitsfort, il a le même âge que l’orphelin d’Helmet ! Voilà donc la famille d’adoption idéale ! La mère Pèlerin niche sur l’église Saint Hubert depuis 2018. Elle est éclose en 2014 en Allemagne, à 180 km de distance. Son mâle n’a pas été formellement identifié ce printemps mais entre 2012 et 2018, il s’agissait d’un faucon éclos à la cathédrale au printemps 2010. Un expérimenté donc !

Aussi tôt dit aussitôt fait, les deux fauconneaux sont montés dans la corniche de l’église à l’aide d’un véhicule «grande échelle » des pompiers de Bruxelles. La dextérité des pompiers opérateurs est i.m.p.r.e.s.s.i.o.n.a.n.t.e ! En quelques minutes, la nacelle qui peut atteindre 30 m de hauteur (soit 8 étages !) atteint la corniche. Les fauconneaux sont immédiatement relâchés et l’échelle redescend. Opération réussie.

Le suivi des fauconneaux de l’église d’Helmet adoptés à Woluwe-Saint–Pierre et à Watermael-Boitsfort n’est pas aisé, entre autre car la caméra de Woluwe-Saint–Pierre est bloquée et ne peut pour l’instant plus être orientée. Mais les observations faites à distance semblent indiquer que tout se passe bien !

 

Blog 27/05/2019 photos :

photo 1 : L’opération commence par un briefing des pompiers à la manipulation des Faucons pèlerins (photo Audrey Vanderlinden).

photo 2 : La grande-échelle des pompiers monte vers la corniche de l’église de Watermael-Boitsfort afin de replacer en sécurité les 2 fauconneaux (photo Audrey Vanderlinden).

photo 3 : Les 2 fauconneaux (le maladroit et l’orphelin d’Helmet) sont placés dans la corniche (photo dv).

photo 4 : Dans la famille de Watermael-Boitsfort, je demande le père Pèlerin … (photo DV).

photo 5 : la mère Pèlerin … (photo DV).

photo 6 : deux fauconneaux dans la corniche… (photo DV).

photo 7 : le fauconneau adoptif sur un clocheton … (photo DV).

photo 8 : un fauconneau sur un bâtiment voisin (photo DV).

photo 9 : les fauconneaux de Woluwe-Saint-Pierre ; l’adopté de l’église d’Helmet est à droite de l’image.

 photo 10 : Un fauconneau de Woluwe-Saint-Pierre déguste une proie qu’un de ses parents lui a apporté sur la terrasse du clocheton.

 

 

Top