Cathédrale, la suite !

Le blog précédent a planté le décor 2019 à la cathédrale : le couple qui y nichait depuis plusieurs années n’est plus revenu ce printemps. Mais de nouveaux faucons sont observés régulièrement sur l’édifice.

La disparition de l’exceptionnelle femelle, née et baguée au printemps 2002 en Allemagne,  n’est a priori pas étonnante. On peut aisément – mais malheureusement - penser qu’elle n’a pas survécu une année de plus.  Elle a probablement atteint la longévité maximale pour un Faucon pèlerin en liberté : 17 ans. En captivité, classiquement, la longévité des animaux est plus importante qu’à l’état sauvage. La littérature cite des cas de Pèlerins ayant atteint 25 ans.

L’absence du mâle est plus étonnante. Il n’était âgé : « que » de 10 ans l’année passée. Il est en effet né en 2008 à la cathédrale et y nichait depuis 2010. A-t-il quitté la cathédrale car sa femelle est morte ou bien est-il mort lui aussi ? Qui sait… Mais qui a dit que la femelle était morte ???

Incroyable mais vrai, elle est vivante ! Elle a été recueillie le lundi 18 mars par une équipe spécialisée des pompiers de Bruxelles qui avait été appelée car un rapace incapable de voler avait été repéré dans un container de chantier installé rue du Canal, dans le centre de Bruxelles, à exactement 980 m de la cathédrale ! Les pompiers l’ont immédiatement transférée au Centre de Revalidation pour Oiseaux et Mammifères Sauvages d’Anderlecht*. C’est évidemment sa bague qui a permis de l’identifier. Elle est encore vivante ! Cette fauconne est dans sa 18ème année et se trouvait toujours dans le centre de Bruxelles ! Elle n’a pas fini de nous étonner !

Pourquoi a-t-elle été trouvée au sol ? Nul ne le sait. Les vétérinaires qui l’on auscultée et radiographiée ont diagnostiqué une luxation de l’aile. Elle ne sait pas voler pour l’instant, mais son état de santé global est bon. Elle pèse 1050 g et elle n’a pas perdu une plume. Tout est mis en œuvre afin de lui permettre de retrouver le ciel de Bruxelles dans les meilleurs délais. Nous vous tiendrons évidemment régulièrement au courant de son état de santé.

Cette découverte, impensable au premier abord, nous indique que cette fauconne « historique » a dû être évincée de la cathédrale car il est difficile de penser qu’elle a quitté de son propre gré l’édifice où elle nichait avec succès depuis 13 ans. Evincée par une rivale ? Probable. En tout cas, nous avons constaté que la place n’était pas restée vacante longtemps à la cathédrale !

A la cathédrale, en l’absence de nidification, le streaming ne sera pas connecté ce printemps. Le poste d’observation permanent ne sera par ailleurs pas installé car la présence des faucons sur l’édifice n’est pas continue. Les Entreprises Louis De Waele, partenaires de Faucons pour tous depuis la première année, ont promis de le garder au chaud pour l’année prochaine ! Extra ! Dans l’intervalle, des postes d’observation temporaire seront organisés sur le parvis chaque mercredi et chaque samedi, de 12h à 18h et ce jusqu’à la fin mai. Possibilités d’observer les faucons en vrai au télescope, de les photographier avec un smartphone à travers le télescope, affiches, explications pour petits et grands, nous souhaitons garder le contact avec le public de Bruxelles et de la Cathédrale des Saints Michel et Gudule ! Venez nombreux !

 

* Si vous trouvez un animal sauvage en perdition, n’hésitez pas à contacter l’ équipe du Centre de Revalidation pour Oiseaux et Mammifères Sauvages d’Anderlecht: https://protectiondesoiseaux.be.

Top